top of page

 résidences 

 septembre 2023 

Héloïse Farago
Roméo Dini
Résidences d'artistes dans L'Atelier du metaxu, soutenue par la DRAC PACA 

rendu résidence d'artistes logo_3.jpg

En septembre, les artistes Héloïse Farago et Roméo Dini se partagent un espace de travail de 80 m2 et disposent de conditions techniques et financières et outils nécessaires pour la production d’un projet spécifique sur une période de 15 jours. Un temps de rencontre pour présenter son travail à la fin de la période de résidence est organisé le vendredi 29 septmbre 2023 dans l’Atelier du metaxu.

@kiddy_pouf

heloise.farago@gmail.com

Dans mon travail, je porte une attention particulière aux récits historiques ou fictifs qui ont en commun d’empouvoirer des personnes sexisées. Je suis par exemple très inspirée par la figure de la Quichotte du Voyage Sans Fin de Monique Wittig, réécriture féministe et lesbienne du Quichotte de Cervantes. Elle est selon moi une figure incroyable par sa capacité à mobiliser son énergie dans un combat contre des moulins, qui semble absurde pour la majorité alors qu’il est en réalité métaphorique d’un combat contre l’hétéro-patriarcat. J’apprécie et utilise beaucoup également la figure de Fifi Brindacier, qui est «la fille la plus forte du monde» et qui, débordante d’énergie, peut toujours aider ses ami•e•s ou soulever son cheval surnommé «Oncle Alfred ».

Ces figures ont également en commun de passer pour inoffensives, si ce n’est naïves, et il en va de même pour les images que je produis. J’aime ainsi les appeler des Chevaux de Troie,
car derrière leur apparente simplicité se cache des récits émancipateurs. C’est pourquoi j’ai décidé de réaliser pendant ma résidence au metaxu de grands dessins de chevaux de Troie, ainsi qu’une série de carrelage -matériau qui n’est pas sans rappeler l’univers domestique-

sur lesquels figurent des chevaleresses (une chevaleresse est une femme qui a pris les armes pour devenir cheffe de guerre, contrairement à la chevalière, qui est femme de chevalier). Sur les grands dessins, dans la sorte de boîte du cheval de Troie, figurée dans les dessins par un rectangle noir, j’accroche de plus petites pièces qui forcent  se rapprocher et à découvrir des figures féminines puissantes.

@romeo__dini

studioromeodini@gmail.com

Qu’il s’agisse d’installation, de performance ou d’image, j’aborde dans mes propositions plastiques des univers incluant de nouveaux espaces dans nos réalités, tels que les jeux vidéo et les réseaux sociaux. Au travers d’esthétique et d’images propres aux cultures geeks, alternatives ou populaires qui construisent internet, mon travail envisage les espaces virtuels et les éléments qui le composent de manière poétique, tout en explorant leurs ressources sensorielles.
Je tente de donner forme aux sentiments que l’on peut ressentir vis-à-vis de ces lieux impalpables. Ainsi, je puise mes références dans des jeux ou des espaces abandonnés d’internet, tentant de rendre compte de cultures et de codes souvent négligés.

Souvent empreint de décalage ou d’humour mais aussi et surtout de mélancolie, je m’intéresse particulièrement à la disparition et à l’archivage des images et des espaces numériques qui ont construit le début d’internet. Comme dans ma série «Les @mours» que j’ai décidé de développer au seins du metaxu. J’ai réalisé des toiles en strass, posées un à un, à partir d’images retrouvées sur des blogs oubliés depuis les années 2000 ainsi que des installations ancrant ces espaces et leurs histoire dans la réalité. J’ai également profité de ce temps de résidence pour entamer une collaboration avec l’artiste Romain L’Amoureux qui se développera après cette résidence.

Sortie de résidence des artistes Héloïse Farago et Roméo Dini le vendredi 29 septembre dans L'Atelier du metaxu.

 juillet 2023 

Julie Gaubert
Lola Querci
Résidences d'artistes dans L'Atelier du metaxu, soutenue par la DRAC PACA 

rendu résidence d'artistes logo_3.jpg

En juillet, les artistes Julie Gaubert et Lola Querci se partagent un espace de travail de 80 m2 et disposent de conditions techniques et financières et outils nécessaires pour la production d’un projet spécifique sur une période de 15 jours. Un temps de rencontre pour présenter son travail à la fin de la période de résidence est organisé le vendredi 28 juillet 2023 dans l’Atelier du metaxu.

@dimensions_variables

contact.juliegaubert@gmail.com

Originaire de Marseille, Julie Gaubert est diplômée de l’Ecole Supérieure d’Art du Nord- Pas de Calais, site de Tourcoing en 2020. Sensible aux manières dont nous nous rendons visibles et entendus, à travers divers modes d’existence, Julie s’amuse à penser nos manières d’expression et de représentation populaire par le biais d’une pratique protéiforme (installation, sculpture, vidéo, performance, sonore...). Chère aux actions dans l’espace public, elle situe ses projets dans des contextes sociaux et politiques variés. En 2022, lors d’une résidence à l’Espace croisé, centre d’art contemporain à Roubaix, elle à poursuivie ses recherches sur les structures hiérarchiques de dominance et les enjeux sociétaux qu’elles mettent en lumière, donnant lieu à une exposition personnelle, nommée Antichambre.

Lors de ses recherches au metaxu, Julie engage une réflexion sur les objets symboliques du pouvoir, ici la fleur de Lys. A la fois sceptre et lance, cette pique aux allures ornementales nourrie des pigeons sur une place de Toulon. Des Lys au sol, dans des bouteilles d’eau en plastique, s’altère d’un liquide rouge sang. Du sang que l’on retrouve en larmes sur l’artiste, suite au geste, utilisé en manifestation contre les gaz lacrymogènes, de se rincer les yeux avec du sérum physiologique. Hommage à l’artiste Ana Mendieta, qui, en 1973 tourne Sweating Blood. Cet ensemble de pièces résonne les unes avec les autres, comme un cri du coeur, un sanglot d’une époque. Entre obscur et espoir, c’est un espace de doutes qui se dégage, un espace trouble. On entend d’ailleurs le son d’un cœur qui bat en arythmies.

@lolaquerci

lola.querci83@gmail.com

Lola Querci utilise les possibilités du médium photographique analogique - sa technique,
sa matérialité et les gestes qui peuvent en découler - afin de déployer un univers expérimental où l’image, picturale ou abstraite, peut être perçue pour sa qualité d’image et pose la question de ce qui est photographié. Les rattages sont recherchés dans sa pratique et lors du processus de fabrication d’image se crée une altération du sujet, le réel est transformé et tend vers un informel.

Lors de cette résidence Lola Querci propose des images actuelles comme des images de souvenirs d’un quartier, des photographies d’un écran. Cela a à voir avec le parcours photographique et intérieur.
Elle travaille la photographie de manière expérimentale et se questionne sur ce qu’est ou peut être une image. Elle relie ses images à des zones-, -objets ou -personnes affect. Ce parcours a lieu dans le quartier de Saint-Jean du Var à Toulon où Lola Querci a vécu.